Obersalzberg

L'histoire d'une montagne

L'Atelier de L'architecte Speer

Speer01

Juste en face de l’entrée Gutshof, en face de la maison et de l’atelier d’Albert Speer.
La maison est toujours habitée aujourd'hui.
L'atelier  de  l'architecte en chef  Albert  Speer (1905-1981),  sévèrement endommagé  pendant  le  bombardement,  fut  reconstruit après  la  guerre  dans  son  style original.
L'atelier ainsi que la maison sont situés au-dessus de l'ancien Gutshof.
Albert Speer vivait dans l'Ostertal et son petit atelier qui était juste assez grand pour abriter quelques tables à dessin et quelques employés.
Quand Albert Speer a parlé de ses conditions de vie à Adolf Hitler, Hitler a immédiatement ordonné à Bormann de prendre soin de Speer.

SC0116

Il fut ordonné à Albert Speer de vivre sur l’Obersalzberg, la maison Bechstein était à nouveau vide.
Alors qu'il vivait dans la maison Bechstein, Albert Speer a conçu une maison pour sa famille et un atelier pour son personnel.
En 1937, la maison et l'atelier sont terminés.

1101856mod2

 Dans son nouvel atelier, Hitler et Speer ont eu de longues conversations sur la disposition du "nouveau Berlin", "Germania" ou d'autres plans de construction majestueux.

001

Albert Speer, à l'âge de 30 ans, déjà architecte en chef du Reich, et organisateur en chef de l'armement, était le plus jeune ministre d'Hitler. 

SC0118

Un architecte et artiste extrêmement doué, ses projets et les plans furent réalisés par Hitler, comme par exemple le bâtiment gigantesque de la Chancellerie du Reich à Berlin.

img726

Cet homme fut emprisonné pour vingt ans à Spandau. 
Il  fut  relâché  à l'âge  de  61  ans,  et  ses  mémoires  devinrent  un  des  plus  grands succès  de  l'après - guerre.

14-553544

 Albert Speer est décédé en Angleterre en 1981.

Posté par Puystory à 00:10 - Speer - Commentaires [0] - Permalien [#]

Maison de Hermann Göring

Göring0101

Hermann Goring, né à Rosenheim (Bavière) le 12 janvier 1893.
Pendant la première guerre mondiale, il fut un brillant pilote de chasse.
1912 il est officier d'infanterie
1914 il devient pilote et en 1916 il sera pilote de combat.
A la fin de la première guerre mondiale, il était chef de la fameuse escadre de combat Richthofen.
Après sa 20ème victoire aérienne, il fut décoré de la plus haute distinction militaire de l'ordre "Pour le Mérite".
1919-1921, pilote civil au Danemark et en Suède.
Il entra au parti en 1922.
Hitler le charge d'organiser et de diriger les SA.

0001

Göring participa aussi au putsch manqué du 9 novembre 1923 à Münich, et fut emprisonné quelque temps.
Il fut blessé en 1923 lors de ce putsch.
Hermann Goring était un homme très sportif.
Il aimait monter à cheval, jouait au tennis, faisait de l'escalade et était un bon skieur.
Il avait un faible particulier pour les armes.
En été, il aimait le tir à l'arc.
Il aimait inviter chez lui à des concours de tir à l'arc, ou bien il entreprenait une randonnée où il n'hésitait pas à faire des escalades.

Image2

En hiver, il se faisait installer une piste de curling devant sa maison.
Son embonpoint était dû à une blessure qu'il reçut au cours de la première guerre mondiale.
Élu au Reichstag en 1928 et fut président du Reichstag du 30 août 1932 à 1945.
En 1933, il devint Ministre Président de Prusse.
 En 1935, Commandant des Forces Aériennes et Chargé des Eaux et Forêts.
En tant que Ministre des eaux et forêts du Reich, il était très lié à la forêt et aux animaux.
En 1938, il est nommé "Generalfeldmarschall".
Il fut chargé de l'organisation de la Luftwaffe et devint Maréchal du Reich en 1940.
Grâce à ses relations importantes avec des officiers et d'autres personnalités marquantes de la haute classe et de la noblesse, il était d'une importance extrême pour Hitler.
Après une tentative de négociation de capitulation avec les alliés, Hitler lui retira toutes ses fonctions.
Le 8 mai 1945, il fut capturé par les américains au Tyrol, en Autriche.
Condamné à mort en 1946 lors du procès de Nuremberg, il se suicida le 15 octobre 1946, en absorbant du poison dans sa cellule de prison.

Haus_Göring_Obersalzberg_1934

Depuis 1932, le Maréchal du Reich Hermann Göring possédait une petite maison située au-dessus du Berghof et de l'Hôtel Türken.
Le Reichsmarschall Goering fut l'un des rares à ne pas profiter de l'expulsion d'un propriétaire précédent.  
Hitler l'autorisa à la transformer et à l'agrandir.
En 1941, elle fut agrandie en vue de doubler sa superficie et doté d'une piscine extérieure.  
Et la maison devint une demeure imposante de 1000 m² qui toutefois s'harmonisait bien avec le paysage.

44711661_p

Il était suffisamment intelligent pour ne pas vouloir se mesurer à Bormann. 

G_haus

Sur l'Obersalzberg, le Maréchal du Reich Hermann Göring se montrait moins arrogant et autoritaire que Bormann.
C'est donc sur la colline qui porte son nom que fut édifiée une maison de campagne coquette en style rustique avec des matériaux de premier choix et décorée avec des meubles précieux, elle renfermait toutefois quelques objets de valeur.
Avec un toit de bardeaux garnis de pierres, dans le style de la Haute-Bavière, elle se distinguait pourtant remarquablement du Berghof.
Göring se méfiait de dépasser la taille et l'établissement représentatif du Berghof.

Obersalzberg 119

A l'extérieur, une piscine privée renseignait sur le standard de la maison.
De par son emplacement, elle devait occuper l'endroit le plus beau de l'Obersalzberg.

Obersalzberg 120

Selon les goûts de Göring, les plafonds étaient lisses et de couleur claire.
Il aimait également les mosaïques aux teintes naturelles ornées de fleurs et d'animaux.

hermanngoering_2649621c

Il voulait créer pour sa femme, la comédienne célèbre Emmy Göring (Sonnemann), et sa fille Edda (née le 2 juin 1938 à Berlin) un foyer de marque.
Elles passèrent de nombreuses journées à l'Obersalzberg mais ne fréquentèrent que peu la famille Bormann, Hitler et Eva Braun.

img723

Ils se comportèrent toujours de façon correcte envers la population et les ouvriers.
Pendant les derniers mois de la guerre, Göring fit bétonner la totalité de son rez-de-chaussée.
L'abri antiaérien était situé en-dessous.

img757

Le système de galeries n'est pas relié aux installations de la maison d'Hitler.
Les bombes ne réussirent pas à détruire le bloc de béton, mais la maison principale fut complètement détruite, l'annexe le fut un peu moins.
L'ameublement, les fenêtres et les portes tombèrent aux mains des pilleurs.

Bombardement 18

La villa Göring occupait en effet d'endroit le plus beau sur l'Obersalzberg.
A l'époque, depuis cet endroit, on ne voyait aucune maison.
L'Obersalzberg même était caché par la colline, derrière la maison il n'y avait que des forêts.
Vers le nord-ouest dominait la chaîne gigantesque de l'Untersberg avec ses parois de rocher à l'est et au sud.

SC0241

Entre 2002 et 2005, la construction d'un hôtel sur le site bouleversa complètement le paysage et fit disparaître les dernières traces de la maison de Goering.  
Un petit étang rappelle l'emplacement de la piscine.
De cet endroit, la maison de Göring était sur le point culminant de l'Obersalzberg et on découvre encore le plus beau panorama de toute la région.

SC0239

Pour découvrir l'hôtel cliquez ICI.

Posté par Puystory à 00:01 - Hermann Göring - Commentaires [1] - Permalien [#]

Martin Bormann

Bormann01

MARTIN BORMANN, chef du parti NS, est né à Halberstadt le 16 janvier 1900.
Bormann s'associa au parti en 1926 comme livreur de journaux, colporteur d'annonces, emballeur, chauffeur de camion, comptable et trésorier au NSDAP (Parti National Socialiste des Travailleurs Allemands) de la région de Thuringe.
Aucun travail ne lui paraissait trop peu important pour qu'il ne fasse pas preuve d'assiduité et de confiance.
En novembre 1927 il fut promu au rang de directeur.
Toutes les affaires officielles et personnelles de la région furent désormais soumises à son autorité.
Qu'il s'agisse de bagatelles ou même de travaux désagréables, Bormann s'occupa de tout.
A son tour le Reichsleiter Martin Bormann eut envie de s'installer à Obersalzberg.
Il s'empara du terrain de l'ancien sanatorium du Dr. Seitz et transforma le bâtiment en sa maison personnelle.
Il y régna et s'attribua un rôle de "gardien" des autres et comme seigneur des bâtiments du parti.
De cet emplacement, Bormann avait une vue complète sur l'Obersalzberg et gardait un œil sur les allées et venues chez son maître.
L'extérieur de la maison était revêtu de bois, ce qui lui conférait un aspect solide et attirant.
L'intérieur présentait tout le confort possible.

Mod001

La Grande maison avait assez de place pour cette grande famille de 12 personnes et fut également pourvue d'un abris antiaérien.
Pas tellement connu du public, il était grâce au mandat reçu par Hitler, le "maître" de l'Obersalzberg.
Après que l'emploi de secrétaire privé soit devenu vacant à cause du vol en Angleterre de Rudolf Hess, Bormann se mit entre le Berghof et la maison de campagne de Göring.
Il s'imposa plus franchement à l'Obersalzberg, en ouvrant de ce fait, la porte à son propre pouvoir.
Peu à peu, il accapara tout le secteur de la construction.

1101887

Hitler lui confia la charge de sa fortune personnelle ainsi que des constructions nécessaires sur l'Obersalzberg et le Berghof.
Plus tard, il reçut le commandement absolu sur l'Obersalzberg et il en fut le trésorier le plus important.
Grâce à sa capacité de travail exceptionnelle et au bon fonctionnement de ses bureaux, Bormann était toujours très bien informé.
Il voulait satisfaire les souhaits d'Hitler avant même que ce dernier ne les eût formulés.
Il fut promu au rang de Reichsleiter (Chef du Reich) ayant l'autorité d'un chancelier.
Son influence sur Hitler grandissait sans cesse et il ne reculait pas devant les intrigues dès lors qu'elles servaient ses intérêts.

img720mod2

Même des hommes politiques importants devaient se méfier de lui.
Bormann fut nettement moins modeste qu'Hitler.
Il se sentit et se fit passer pour le "dieu de l'Obersalzberg".
Une des obsessions de Bormann fut d'éloigner les visiteurs, ce qui eut pour conséquence d'isoler Hitler de plus en plus.
C'était un tyran sans scrupule, ivre de pouvoir, non seulement craint de son entourage, mais aussi de sa famille qui tremblait devant ses accès de rage incontrôlée.
Il ne fut bon père que lorsqu'il en avait envie et ne craignait pas de dresser ses propres enfants à la cravache.
Ses enfants, son personnel et même sa femme ne respirait que lorsqu'il quittait l'Obersalzberg pendant quelques jours.

1101886mod1

Afin de mener à bien ses projets sur l'Obersalzberg, il expulsa les habitants des lieux (dont certaines familles y vivaient depuis plusieurs générations) en achetant les propriétés, sans oublier de mentionner en cas de refus, les menaces de déportation de la famille vers le camp de concentration de Dachau.
La direction des chantiers craignait son caractère incontrôlé et avait toujours d'énormes difficultés avec lui.
Martin Bormann, haï et craint par tout le monde, avait l'habitude de visiter les chantiers à des heures impossibles.
Il surgissait sur les chantiers pour contrôler le progrès des travaux.
S'il n'en était pas content, les ouvriers devaient s'attendre à des punitions graves.
Transport au front de bataille ou la déportation dans un camp de concentration n'étaient pas rares.
Son habitude de prendre des décisions en pleine nuit ne rendait pas la vie facile à son entourage.

6903789_108253755763

Contrairement à son mari, la femme de Bormann, Gerda, mère de dix enfants, était une femme chaleureuse qui aidait partout où elle pouvait et fut alors appelée "L'ange de l'Obersalzberg"
Gerda Bormann souffert d'un cancer dans ses dernières années, et mourut d'un empoisonnement au mercure, le 23 Mars 1946, à Merano, en Italie.
Pendant les procès de Nürnberg, supposé encore vivant après la guerre, Bormann fut condamné à mort par défaut.
Il est indéniable qu'il réalisa énormément de choses et fournit à bien de gens la possibilité de gagner leur vie.
Mais en temps que "maître de l'Obersalzberg" et bras droit d'Hitler, il fit bien plus de mal que de bien et rendit un très mauvais service à sa famille ainsi qu'au peuple allemand.

Borman01

Sa mort ne fut annoncée officiellement qu'en 1973 par le Procureur de l'Etat à Francfort.
La maison de Bormann se situait juste en face du Berghof et fut complètement détruite lors de l'attaque du 25 avril 1945.

Posté par Puystory à 00:10 - Bormann - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Gutshof

Gustof

Le Gutshof une ferme peu rentable située en bas de la maison de Hitler, construite pendant la rage de construction de Bormann.
Martin Bormann s'intéressait à l'agriculture, il construisit une ferme expérimentale dans le cadre du complexe d'Obersalzberg.
Cette ferme devait servir de modèle aux autres fermes du Troisième Reich.
Elle n’a jamais été particulièrement fructueuse car la nature du sol ne se prêtait pas du tout à la culture. 

PUY_1614

Seulement l'élevage des Haflinger, une race de chevaux alpins très costauds et de cochons, se montraient rentable.
Dans les étables nouvellement construites, on comptait 80 vaches et une centaine de porcs.
L'exploitation possédait également 200 Tagwerk de prés et de champs (1Tagwerk : Unité de mesure correspondant à la surface de terre cultivée, résultant du travail d'un ouvrier en un jour).

PUY_3825

Le Gutshof ne pouvait se tenir à flot sur le plan financier.
Le seul élément qui affichait un bénéfice était la fabrication de jus de pommes et de cidre doux. Bormann fit acheter en masse des pommes aux quatre coins du Reich et les fit presser au Gutshof.

Panorama 2

Le complexe de Gutshof comprenait également des abeilles, des bâtiments de refroidissement du lait, une forge et diverses autres structures situées dans les pâturages et les prairies. 
En dépit du mauvais rendement, il fit néanmoins agrandir continuellement le Gutshof, si bien que par la suite il en vint à ressembler davantage à un manoir qu'à une ferme.

2234077

Les bâtiments principaux n'ont pas été sérieusement endommagés lors du bombardement d'avril 1945.
La partie principale de la ferme a été saisie par les forces américaines et transformée en un pavillon de sport et un terrain de golf, où il est possible de skier en hiver.

gutshofareamay45_3061t

Depuis que les Américains ont quitté l'Obersalzberg en 1995, le Gutshof a fonctionné comme club de golf et restaurant.
À l'automne 2007, le bâtiment latéral (visible à droite sur les photos) a été démoli et il est prévu de construire un appartement ou un hôtel moderne à la place.

232

Aujourd'hui le terrain est utilisé comme terrain de golf en été, comme terrain de ski en hiver.

43638795_p

Cette photo prise par Eva Braun montre le Gutshof, avec les montagnes.
Cette photo est intéressante car elle montre des dépendances de Gutshof qui sont rarement vu dans les photos d'époque.
Au centre gauche de cette vue, on voit la porcherie (Schweinestall ou Zuchtstall).
Au bord de la photo, un petit bâtiment blanc avec la grande grange à foin (Heuscheune) à côté.
Aujourd'hui il n'y a pas de restes de Heuscheune et il ne reste que quelques débris de Schweinestall.

Posté par Puystory à 00:00 - Gutshof - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le théatre

Théatre01

Pour entretenir le moral des ouvriers, Bormann construisit une salle de spectacle (70m de long sur 35m large) de 2000 places destinée au visionnage de films ou à la tenue de discours.
On en parla beaucoup à l'époque.
Les uns voyaient en elle le cinéma privé d'Adolf Hitler, les autres s'imaginaient qu'on y endoctrinait les ouvriers qui travaillaient sur les nombreux chantiers.
Il est faux toutefois de parler ici du palais cinématographique d’Hitler ou d'affirmations de ce genre.
L'entrée de ce cinéma était permise à tous les ouvriers, qu'ils soient Italiens, tchèques, Polonais ou Ukrainiens.

Théatre03

Il n'y avait que peu de rangs réservés aux notables du parti et à leurs épouses.
On y passait les derniers films avec les acteurs en vogue de l'époque.
De temps en temps, il y avait des spectacles de cabaret et à chaque fois, les dernières actualités.

1101834mod2

Hitler n'y vint que très rarement.
Sur le plan architectural, la salle de spectacle était une construction de bois stable avec des fondations massives que l'on peut voir encore aujourd'hui.
Elle était pourvue d'un revêtement extérieur de bois s'harmonisant bien avec le paysage.
La salle ne possédait pour tout siège que de longs bancs de bois. 

Théatre02

Les appareils de projection étaient modernes. 
Il faut également mentionner le plafond revêtu de nombreux panneaux de velours épais. 
Ceci fut certainement exécuté pour des raisons d'acoustique.

1101833mod2

Bien que cette construction ait été conçue en fonction des quantités importantes de neige qui tombaient dans cette région, elle s'écroula néanmoins lors d'un hiver de mars 1943 particulièrement rigoureux. 
Il n'y eut pas de blessés bien que cela soit arrivé le soir, peu après une représentation.

45893617mod1

Le bâtiment fut démoli en 1945 mais ses fondations subsistent sur la colline Antenberg. 

Posté par Puystory à 00:01 - Le théatre - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Mont Kehlstein

PUY_3694

Les noms des montagnes géantes qui, de par leur puissance, semblent régner sur un paysage entier, sont souvent très anciens et, de ce fait, il est difficile d’en étudier l’origine.
Il en est ainsi de la montagne "Hoher Göll".
Le nom Kehlstein est sans doute plus récent.
Des responsables du cadastre ont peut-être, comme il en est souvent le cas dans l’enregistrement des noms de tradition orale, quelque peu défiguré le nom "Göllstein" pour en faire "Kehlstein".
Le Kehlstein est en effet un puissant promontoire du flanc nord-ouest du massif Hoher Göll.
C’est pourquoi le raisonnement sur l’origine du nom Kehlstein n’est pas sans fondement.

SH100035

Les falaises abruptes du mont Kehlstein s’élèvent à 1200 m au-dessus de Berchtesgaden.
Au-delà de la limite des forêts le pic Kehlstein surplombe la profonde vallée de Berchtesgaden, ancienne prévôté princière, et permet une vue panoramique sur ce monde alpin imposant qui entoure le Berchtesgadener Land.
Au nord s’élève le Mont Untersberg, enrobé de légendes locales, à l’ouest le massif du Watzmann avec sa femme et ses sept enfants.

PUY_3835

Ce roi sans couronne du Berchtesgadener Land domine la région du haut de ses 2714 m.
Tout aussi majestueuses, les montagnes Reiteralpe et Lattengebirge se tiennent tout près.
Le Kehlstein (1834 m) est rattaché au Mont Hoher Göll (2529 m), qui s’élève bien plus haut que toutes les tours rocheuses entre le lac Königssee et la rivière Salzach.
Le Kehlstein est relié à son parent par une crête qui, vue de l’air, semble aiguisée, la Mannlköpfen.

PUY_3880

Remontons à l’époque où les noms "Göll", ou "Kehl" ou "Gell" ont pris leur origine.
L’on pourrait déduire que cette origine provient de la langue des celtes, anciens habitants de la région.
À cette époque le Berchtesgadener Land ressemblait à une forêt vierge impénétrable.
Il s’y trouvait quelques huttes de chasseurs ou de pêcheurs provisoires.
Si la nature régnait à l’état sauvage le long de la rivière dans la vallée de Berchtesgaden, la montagne devait être encore plus sauvage.

PUY_3904

Il aurait été impensable d’escalader le "Kehlstein", encore moins, le massif "Hoher Göll".
Cette jungle peu accueillante appartenait aux dieux et non aux hommes.
Ces derniers habitaient les collines longeant la vallée de la rivière Salzach.
Des preuves de colonisation préhistorique existent dans la région de Salzbourg et d’Hallein, mais pas sur le Kehlstein.
Aujourd’hui, en escaladant la sente reliant Scharitzkehlalm aux Mannlkëpfen et au Kehlstein, l’on peut encore s’apercevoir à quel point le monde rude et sauvage de l’ancien "mont des dieux" subsiste encore, malgré la civilisation actuelle.

PUY_3952

Celui qui emprunte ce sentier aura vite fait0 de l’abandonner s’il manque de condition physique.
Même les accès bien plus faciles par les parois est et nord, demeurèrent quasiment impraticables, sauf pour quelques chasseurs, jusqu’au 19è siècle.
Le pâturage y fut limité à quelques zones favorables dont le "Obere Kehlalm", de nos jours un parking pour les visiteurs du Nid d’Aigle.
Une montagne rocheuse et escarpée aux conditions climatiques inhospitalières, enneigée d’octobre jusqu’en mai, où il peut même neiger en juillet.
Voilà le mont "Kehlstein".

PUY_3709

Posté par Puystory à 00:01 - Kehlstein - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La sécurité du Kehlstein

PUY_1235

Après l'Obersalzberg la région Kehlstein devait aussi être protégée des visiteurs indésirables.
Il s'agissait là d'une zone de près de 1000 ha en haute montagne avec des forêts, des pâturages et des rochers qui devaient maintenant se rajouter à la zone interdite déjà existante à Obersalzberg.
Il fallait y ériger des clôtures et y poster des gardes.
Il s'agissait avant tout de la sécurité du chef de l'état.
Et du côté non-officiel il fallait empêcher que le public puisse être témoin de ce qui ne lui regardait pas.

SH100072

L'on installa une clôture à grillage surmontée d'un fil barbelé.
Elle commença à Hintereck, passa par Ofner Boden et traversa Urschenloch pour atteindre le Mannlgrat, son point le plus haut à environ 1900 m.
Pour des raisons esthétiques on érigea ici un mur en pierres apparentes.
Sur le versant ouest de la crête Mannlgrat la clôture se poursuivit en direction d'Endstal et passa devant le baraquement Ligeret et en-dessous de la "Jagdstrasse" pour retrouver son point de départ.

SH100071

Deux patrouilles assuraient la sécurité des contours de la zone interdite.
Cela représentait par endroits de l'alpinisme en haute montagne.
Aux points les plus difficiles l'on planta des pitons et des câbles dans la roche pour en faciliter l'escalade.
L'on en inspecta régulièrement les portes et les passages d'accès.

PUY_1652

Posté par Puystory à 00:01 - Kehlstein - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Cité Buchen-Klaushöhe

Obers01mod2

La cité Klaushöhe qui se voulait être un exploit en matière sociale.
La cité était composée de quatre rangées de huit maisons chacune renfermant à leur tour deux ou trois appartements.
Ces derniers étaient équipés pour l'époque de plusieurs pièces spacieuses, salle à manger, chambre d'amis, chambres à coucher, vestibule, salle de bains, cuisine moderne avec combiné gaz-électricité-charbon et correspondaient aux exigences d'un haut fonctionnaire de la ville.

SC0310

Ces constructions étaient réalisées sur un sol de montagne et devaient être le symbole des efforts sociaux de l'IIIème Reich.
Ceci n'était à vrai dire que le premier essai d'un projet dont le but était de peupler l'Obersalzberg de partisans fidèles.
Les logements n'étaient pas accordés en fonction des besoins, mais revenaient tout simplement à ceux qui étaient dans les bonnes grâces ou qui étaient voués corps et âme à Hitler ou du moins de Bormann.
Le loyer était par conséquent modique.

SC0312

Les locataires ne participaient que pour une petite part aux frais en versant une somme ne correspondant ni au taux d'amortissement, ni au taux des intérêts.
Ici, ce genre de calculs s'en référait à un système particulièrement étudié.
Finalement, on construisait aux frais de l'Etat
De nombreux bâtiments furent détruits lors de l'attaque aérienne.
Le pillage qui s'ensuivit contraignit à une démolition partielle.

weiss41klausbuch

La cité Buchenhöhe était la deuxième cité de l'Obersalzberg.
Depuis 1941, elle fut déclarée officiellement "opération secrète" et seule la direction des travaux savait que quelque chose d'extraordinaire devait s'élever à cet endroit.
Le terrain sur lequel on bâtissait était extrêmement difficile.
Il y avait là des collines rocheuses et de la forêt que traversaient des torrents' à cascades.
Sur la roche reposaient des couches d'une épaisseur variable, composées d'éboulis mélangés à de l'argile et agglomérés à de gros blocs irréguliers ou bien à de la brèche.
Ces deux natures de sols présentent les mêmes inconvénients.
Lorsqu'ils sont secs, on ne peut les travailler qu'au marteau pneumatique.
En contact avec de l'eau, ils se transforment en masse boueuse.
Des parcelles entières de forêts furent abattues.
On dévia de 30 à 40 mètres le cours des torrents par des canalisations de ciment.
On construisit des routes pour traverser l'ensemble.
Des ponts enjambèrent les gorges et les crevasses mais tout cela n'était que des projets complémentaires très onéreux.
Au niveau de la statique, les ingénieurs durent faire des fondations particulièrement profondes et solides et utiliser de telles quantités de fer qu'ils dépassèrent les proportions normales.

SH100098

En hiver, les ouvriers venaient par camions entiers pour déneiger le chantier.
Il fallut recouvrir de bâches les maisons en construction et les chauffer avec de la vapeur et des brasiers pour pouvoir poursuivre les travaux.
Des serpentins de chauffage furent placés sous les camions.
L'eau pour les bétonneuses était préalablement chauffée ainsi que les briques et les pierres de taille.
Des centaines de m3 de terre furent nécessaires.
On construisit une quarantaine de maison comportant chacune deux à quatre appartements de cinq à huit pièces chacun, un grand magasin avec des installations frigorifiques, des garages, un restaurant, un jardin d'enfants avec terrasse couverte, une piscine en plein air, une école, un gymnase, de grands garages, un transformateur, un poste d'incendie et une grande centrale de chauffage qui devait alimenter en eau chaude et en air chaud tous les appartements.
L'édification des constructions revint à des sommes gigantesques qui suscitèrent l'étonnement.
Petit à petit, les effets de la guerre se firent sentir à l'Obersalzberg.
Pour la première fois, Bormann rencontra de grandes difficultés pour se procurer les matériaux nécessaires.
Speer, devenu ministre du Reich, pria Bormann à plusieurs reprises de cesser ses constructions.

PUY_3754

Celui-ci cependant réussissait chaque fois à faire continuer les travaux en se référant à un ordre direct d'Hitler.
Cependant, il se résigna à poursuivre la construction de cette cité sous un autre nom que le sien.
Cela, uniquement pour pouvoir continuer les travaux et avant qu'elle ne fût terminée, il la passa à la NSV (sécurité sociale du national-socialisme) pour en faire un home d'enfants.
Dans les bâtiments terminés, on logea effectivement 400 enfants ainsi que le personnel nécessaire.
On continua les travaux de la cité avec un effectif ouvrier réduit.

large_000000

L'attaque aérienne du 25 avril marqua le point final.

Posté par Puystory à 00:23 - Cité Buchen-Klaushöhe - Commentaires [0] - Permalien [#]

Kehlstein

130

Ce bâtiment, de 52m sur 20 m, se situe à une dizaine de km de Berchtesgaden.
Il représente aujourd’hui un haut lieu touristique pour non seulement son histoire mais surtout pour le paysage qu’il offre sur les montagnes bavaroises.
Un peu d’histoire.

SH100178

 Placé sur le sommet du mont Kehlstein (origine de son nom) à 1834 mètres, les travaux de construction ont débuté en 1937.
Environ 3000 ouvriers ont travaillés jour et nuit pendant 13 mois.
On y accède, depuis l'Obersalzberg, en bus par la seule route (privée) de 6,35 Km dont la dénivellation est de 800 mètres (2500 ouvriers – 5 tunnels).

SH100013

La route du Kehlstein est au point de vue technique sans doute la plus hardie et avec son panorama, elle se distingue des autres comme plus belle route de montagne en Allemagne.  
Comme elle n'était pour la circulation privée des dignitaires de l'Obersalzberg et de leurs hôtes, elle a été tracée avec une seule voie et avec quelques évitements.
Cette route, terminée par un vaste parking, est toujours considérée comme un chef-d'œuvre de la construction des routes.

SH100191

Vous devez emprunter un tunnel (124 m) et ensuite prenez l'ascenseur (124m) et vous arrivez au cœur de cette maison.

SH100042

C'est en 1936 que Martin Bormann eut l'idée de construire ce bâtiment.
Un délai incroyablement court pour un projet aussi énorme.
Ils ne purent commencer immédiatement.
D'abord, on étudia le terrain, généralement dans les pires conditions climatiques.
Chutes de neige, chute de pierres, danger d'avalanche, température en-dessous de zéro, tout ceci empêcha le travail de commencer.
Le fait que le projet ait pu être réalisé à temps est dû à l'ambition et au zèle des techniciens, des ingénieurs et des ouvriers.
Il est impossible d'envisager un tel projet aujourd'hui quand on pense aux outils et à machines limitées disponibles à cette époque.
En Août 1938, les derniers artisans quittaient le Nid d'Aigle, à présent terminé

PUY_2108

Il surnommé également " Nid d’aigle" et fut offert à Hitler pour ses 50 ans.
La première visite d'Hitler au Nid d'Aigle se fera le 16 septembre 1938.
La visite du ministre des affaires étrangères italien Comte Ciano le 13 août 1939 fut la dernière d'ordre officielle au Nid d'Aigle.
Le 1 er septembre 1939 la guerre devait éclater et Hitler ne se rendit plus au pic Kehlstein.
Le 20 avril 1939, 50è anniversaire d'Hitler, celui-ci avait depuis longtemps pris possession de son cadeau.

IMG_2643

Contrairement aux idées reçues, cet édifice n’était pas la résidence d’Hitler.
La maison d'Hitler était successivement le "Wachenfeld" ensuite après transformation "Le Berghof".
Mais cela est une autre histoire.

Posté par Puystory à 01:00 - Kehlstein - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le kehlstein (construction)

PUY_1235

L'une des constructions les plus intéressantes qui fut édifiée sous Bormann est sans aucun doute le Kehlsteinhaus ou D-Haus (maison des diplomates), situé à 1834 m d'altitude, au sommet du Kehlstein.
Cet édifice est souvent appelé à tort "Teehaus" ou encore "Eagles Nest" par les Américains.

Image8

Cela concernait également toute forteresse alpine qui en fait n'exista jamais.
Le Hoher Göll se dresse derrière la bâtisse et lui confère un caractère très montagnard.

PUY_3840

Bormann désirait-il par là faire un cadeau particulier à Hitler ou bien était-ce plus pour confirmer son génie à ses propres yeux ? 

SH100054

Officiellement, la bâtisse était destinée à recevoir des invités de marque.
Hitler ne se rendit que cinq fois au Kehlsteinhaus, Bormann, par contre, y était plus souvent.

44713383_p

Il faut également signaler que ce bâtiment ne fut jamais utilisé à des fins militaires et qu'il n'avait pas non plus été construit pour cela.
Theodor Jacob, le Landrat de Berchtesgaden, réussit à éviter que l'on ne fasse sauter la bâtisse.
Le "Nid d'Aigle est le bâtiment, le plus impressionnant, qui coûta le plus cher de l'ère hitlérienne à Obersalzberg.

PUY_3861

C'est en automne 1936 Bormann choisit le sommet du Kehlstein (1834 m) comme chantier du Nid d'Aigle.
Hitler appréciait également ce sommet à cause de son excellent panorama du lac de Königssee à Salzbourg.

IMG_2690

Bormann, tout puissant, accomplit un travail incroyable.
Sur ordre de Martin Bormann, à l'occasion du 50ème anniversaire d'Adolf Hitler (20 avril 1939), fut achevé en un record inimaginable d'une seule année (de mai à octobre en 1937 et 1938), l'édifice gigantesque sur le sommet de l'Obersalzberg.

Image3

La construction a demandé un savoir-faire de première qualité.
Seulement les meilleurs ingénieurs pouvaient se mettre à cette tâche prodigieuse.
Mussolini a envoyé environ 3000 ouvriers italiens et travaillèrent en équipes jours et nuits.
Bormann était intéressé à ce que le projet fût terminé le plus vite possible.

Image4

On ne tenait pas compte de la santé des ouvriers.
En 1937, une chute de montagne coûta la vie à 5 personnes.
L'éclairage par projecteurs (à essence) rendit possibles les travaux pendant les heures nocturnes.

buch12

L'avancée rocheuse de la crête Mannlgrat sur le massif du Hoher Gôll n'offre, comme terrain de construction, qu'une très étroite surface rocheuse et déjà que lors de l'arpentage du lieu, on put deviner les problèmes que poserait celui-ci aux ingénieurs.
Afin de gagner suffisamment de place pour la maison dans sa largeur, il a fallu bâtir les mur extérieurs presque aux limites de l'étroit plateau.
Les murs extérieurs nord et sud reposèrent sur une base escarpée à 45 degrés et qui, à sept mètres en contrebas, tombe à pic dans un vide vertigineux.

Image13

Les ouvriers durent, de ce fait, se protéger par un échafaudage de sûreté.
Une des premières étapes fut la construction de la télébenne pour faire monter les matériaux de l'Obersalzberg jusqu'au sommet du Kehlstein.
Après l'achèvement de la maison il fut complètement démonté.
Sa construction ne fut possible que grâce aux nombreux porteurs qui l'assemblèrent sur place.
Tous les matériaux de construction et l'outillage y furent montés par la benne qui, en redescendant, évacua les cailloutis de la cage d'ascenseur.
La benne mesurait 2 m de long et 1,3 m de large avec une profondeur de 25 cm.
Avant même de pouvoir poser les fondations du bâtiment il fallut tout d'abord niveler la crête pointue.

Image14

Cela accompli, l'on démarra la construction des murs en briques.
L'entreprise Philipp Holzmann AG employa ses tailleurs de pierre à revêtir les murs de brique par de la pierre de granite naturelle provenant de la région de Passau.

Image100

Chaque pierre fut taillée dans la vallée d'après les données précises de la planche à dessins.
Elles furent ensuite transportées au sommet par la télébenne où un palan en facilita le déchargement.

SH100052

Les murs du Nid d'Aigle sont donc doubles.
A l'intérieur, de la brique, à l'extérieur, du granite massif.

Image11

124 mètres exactement sous la maison il y a un tunnel de 124 mètres qui mène du grand parking à l'ascenseur.
La construction du puits de l'ascenseur dura 3 mois.
La galerie est fermée par d'énormes portes en bronze. 
Ici encore, le génie dépensier de Bormann fleurit en matière de décoration.
On utilisa des poignées de portes en bronze massif.
Seule décoration consistant en deux poignées en forme de lion, sculptées par le Prof. Arno Breker.
Ces lions d'une hauteur de presque 75 cm disparurent dans les premiers jours après la fin de la guerre et se trouvent à présent dans une collection privée américaine.

115

Le tunnel (travaux difficiles dirigés par l'entreprise des frères Reck du Tyrol du sud, des spécialistes renommés dans la construction minière) revêtu de marbre d'Untersberg mène dans un hall rond d'où une cabine d'ascenseur couverte de cuivre avec des sièges en cuir vert transporte en 45 secondes, les visiteurs dans le hall du Nid d'Aigle.
Des miroirs vénitiens et des fauteuils de cuir vert donnaient une impression de sobriété à l'ensemble.

Image10

Le but de cet arrangement sobre était de calmer Hitler qui souffrait de claustrophobie.
L'ascenseur de deux étages (la partie inférieure n'était utilisée que comme monte-charge) fut construit par la firme allemande Flohr achetée par la firme américaine Otis, New York, après la guerre.
C'est le même ascenseur, pouvant accueillir 46 personnes, qui est utilisé encore aujourd'hui.
On a seulement démonté la partie inférieure.
Presque silencieux et de fonctionnement sûr, il se meut grâce à un moteur situé dans le grenier du bâtiment.

SH100080

Les craintes d'Hitler se rapportaient à l'emplacement du treuil de câble dans une cage dépassant la hauteur du toit de la maison.
Un éclair pût facilement l'atteindre pensait-il.
On dit qu'Hitler évita le Nid d'Aigle à cause du danger que présentaient les éclairs, ainsi qu'à cause .de son propre vertige.
L'on procéda donc, bien sûr, à une protection adéquate de la maison Kehlstein en y installant des paratonnerres fiables.
La technique pour le Kehlsteinhaus est considérable.

buch13

A environ 40m à droite de l'accès au tunnel se trouve une petite porte en bronze, derrière laquelle s'ouvre une cave abritant un groupe électrogène d'appoint.
Grâce a ce tunnel et à la cage d'ascenseur l'on put approvisionner la maison en eau et en électricité directement par  le sous-sol.
L'eau provenait de Scharitzkehl à 700 m en contrebas.
De l'eau de source y est recueillie et pompée jusqu'au sommet par un conduit haute pression.
Le système de pompage d'eau est contrôlé par des instruments des plus modernes installés dans la cave où se trouve le groupe électrogène.
Dans cette salle des machines se trouve un générateur de secours, entraîné par un moteur diesel de sous-marin de 8 cylindres MAN produisant 300 chevaux à 600 t / m, installé en 1940.
Il remplaça une génératrice moins puissante dans l'éventualité d'une panne de courant.

Image5

Il est encore utilisé aujourd'hui pour fournir de l'électricité au Nid d'Aigle en cas de panne.
A côté du tunnel, en retrait, se trouvent les câbles et les tuyaux de chauffage.

Image6

La construction tout comme l'intérieur des pièces sont adaptés l'environnement.
Les murs sont en pierre naturelle taillée en demi-cercle et le plafond en bois adoucit l'atmosphère de la pièce.
Les fenêtres frontales ouvrent sur un panorama magnifique sur les monts et les vallées.

SH100172

La maison ressemblant, de loin, à un nid d'aigle, avait tout ce qu'il fallait.
Par l'ascenseur, on accède à un large foyer qui par un couloir conduit aux autres salles du Nid d'Aigle, laissant au fond la cuisine et sa large terrasse.
A droite, les arches offrent une vue splendide sur le "Hoher Göll", 2522 m.

IMG_2649

Cinq fenêtres de verre adoucissent la froideur de la pierre et transforment la pièce en un jardin d'hiver.

SH100157

De là un escalier mène vers la "Scharitzkehlstube" ou "salle Eva Braun".

buch19

Les murs et les plafonds sont recouverts de panneaux de sapin et décorés de manière typiquement bavaroise.

PUY_3787

Un escalier de pierre conduit à la salle de conférence (salle de réception).

IMG_2645

Une salle à manger, une salle de séjour avec une cheminée en marbre rouge d'Italie (cadeau de Mussolini pour les cinquante ans d'Hitler), et des tapis précieux, un bureau, une cuisine, un poste de garde, des installations sanitaires.

buch18

A droite de la cheminée un large escalier mène à la salle à manger.

IMG_2674

Il n'y avait pas des chambres à coucher.

PUY_3769

Seul, un cuisinier et deux sentinelles travaillaient par équipes.
S'il fallait plus de personnel, on les y apportait.
Les objets décoratifs de valeur furent confisqués pendant l'occupation.

SH100181

Le bâtiment a été conçu très solidement.

Image1

La première visite d'Hitler au Nid d'Aigle achevé le 16 septembre 1938 se fit en compagnie de Ward Priee, de Goebbels et d'Himmler.
Hitler ne se serait rendu officiellement au Nid d'Aigle que 13 fois et n'y passa que quelques heures pour savourer le soleil alpin, toutefois en modération.
Un accident de guerre eut pour conséquence chez lui une hypersensibilité à la lumière.
De plus, la vue depuis la colonnade vers l'abîme lui donnait le vertige et de la nausée.

Image12

Par contre, Eva Braun, elle, aimait bien le panorama du Kehlstein.
Elle prenait plaisir à s'asseoir sur la terrasse derrière la maison Kehlstein pour y apprécier le soleil, l'air pur et la vue.
Il est toutefois de petite dimension.
En raison de sa situation de haute montagne, le Kehlsteinhaus n'est accessible et déneigé qu'au cours des mois d'été.

Posté par Puystory à 02:00 - Kehlstein - Commentaires [0] - Permalien [#]