Obersalzberg

L'histoire d'une montagne

01 novembre 2004

Le Parti !

Parteia001

Dans ce chapitre, je vous propose un résumé sur :

1. La Fondation Du Parti NSDAP 1919 -1923.
2. Quelques Points Du Programme Du NSDAP
3. L'organisation du Parti
4. Premier Congrès Du Parti Nazi
5. Le Coup D'Etat du 9 Novembre 1923
6. Le procès et le verdict d'Hitler

img729

1. La Fondation Du Parti NSDAP 1919 -1923.

Une nouvelle vie commençait pour Adolf Hitler.
Il devenait officier d'éducation à Munich et débutait comme orateur politique et éducateur.
Il était chargé de participer à une réunion du "Parti Allemand des Ouvriers"  sans doute il ne s'imaginait guère que cette soirée n'allait pas déterminer seulement son propre avenir.
La première réunion avait lieu dans une salle séparée, la "Leibzimmer" dans le Stemeckbräu à Munich.
Entre 20 et 25 personnes y étaient réunies et Hitler sentait tout de suite sa chance.
Ce groupe ne pouvait pas encore être appelé un parti politique, c'était plutôt un club de discussions, fondé par l'ajusteur Anton Drexler (1884-1942).
Leur programme était une combinaison bizarre de socialisme, nationalisme et antisémitisme
L'arrière plan social du DAP restait encore assez obscur.
Mais on offrait au moins une brochure qui portait le titre "Mon réveil politique", écrite par Anton Drexler.
Quelques jours plus tard Hitler reçut une nouvelle invitation de participer à une réunion du groupe dans le restaurant "Altes Rosenbad" et aussi l'information qu'il était admis dans le parti.
Ce parti avait alors 6 membres Hitler était le septième, et le DAP devint le NSDAP (Le parti nationalsocialiste des Ouvriers Allemands).
Son organisateur s'appelait Adolf Hitler.
Dans la salle des fêtes du "Hofbräuhaus" à Munich, Hitler annonçait les 25 points fameux du programme du parti à une assistance assez nombreuse grâce à une propagande efficace.

img733

2. Quelques Points Du Programme Du NSDAP

Réunion de tous les Allemands selon le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes dans une "Grande Allemagne".
Des colonies pour le surplus de la population.
Egalité du peuple allemand avec les autres nations.
L'annulation du Traité de paix de Versailles.
La lutte contre les criminels qui avaient violé le droit et l'ordre du peuple.
Les devoirs les plus importants de l'état envers ses citoyens.
D'abord garantir la possibilité de gagner de l'argent pour vivre.
S'il n'est pas possible de nourrir la population totale.
Expulsion des étrangers.
Expulsion immédiate de tous étrangers immigrés après la Première Guerre Mondiale.
On promit aux ouvriers :
-la confiscation des gains de guerre.
- l'abolition des revenus gagnés "sans travail et sans peine".
Expropriation de terrain pour cause d'utilité publique sans remboursement.
Participation aux bénéfices des grandes entreprises.
Extension des pensions de vieillesse et des réformes sociales.
Les réunions ne se passaient pas sans désordre.
Il y avait des protestations, mais la majorité acceptait les propositions d'Hitler dans l'espoir d'un avenir meilleur sans faim et sans chômage
Rapidement le parti gagnait des amis important.
Le président de la police de Munich Pöhner, l'employé Frick qui allait devenir dix ans plus tard le Ministre des Affaires étrangères du Reich.
Hitler fondait bientôt la maison d'édition "Völkischer Beobachter" au moyen de laquelle son ami l'écrivain Dietrich Eckart répandait les idées du national-socialisme.
La reconstruction du Reich allemand.
La lutte contre le communisme et le marxisme.

img732

3. L'organisation Du Parti.

Les débuts d'une organisation de grand style demandaient un emblème de parti, car Hitler était convaincu qu'une organisation sans symbole semblerait molle et inopérante.
Il se rappelait son temps d'interne au couvent à Lambach dont le blason l'avait tellement fasciné.
Alors il créa la Croix Gammée, une croix tournant à l'avant dans un cercle blanc encadré de rouge.
Bientôt les membres du parti se promenaient avec des brassards rouges ornés de la croix gammée.
Au mois de Juin 1921 Hitler prit le commandement du NSDAP.
Le parti s'agrandissait, ont tenait beaucoup de réunions qui provoquaient de graves conflits avec les communistes.
La SA imposait le calme et l'ordre ce qui entrainait des blessés et même des morts.
Avec ses réunions et ses SA le parti était devenu une force à Munich.
La SA devenait graduellement une armée de millions d'hommes, les "bataillons bruns", une section puissante du parti et aussi sa formation mobile sa garde politique.
La première grande démonstration de la SA eut lieu à l'occasion d'une grande protestation à Munich contre l'adoption d'une loi concernant la protection de la république.
Pour la première fois en Octobre 1922, le NSDAP étendit son activité hors de Munich.
Des groupements nationalistes avaient invité Hitler à participer au "Jour Germanique" à Cobourg en lui demandant d'emmener quelques compagnons.
Sans hésiter, il désigna huit centuries de SA comme accompagnement et entra à Cobourg, les drapeaux flottants.
Il y eut des combats de rue sévères d'où la SA sortit victorieuse.
L'intervention efficace de la SA eut pour résultat que Cobourg fut la première ville allemande à avoir un maire National Socialiste.

img734

4. Premier Congrès Du Parti Nazi.

Le 24 Février 1920 le parti avait été fondé, le 27 Janvier 1923, le Premier Congrès du parti nazi avait lieu sur le Champ de Mars à Munich.
Le gouvernement bavarois était contre ce congrès du parti nazi car l'influence du NSDAP était déjà trop forte.
L'organisation avait même fondé une maison d'édition et commençait à éditer un journal du parti, le "Volkischer Beobachter" (l'Observateur populaire).
Le désordre s'agrandissait, les communistes et les national-socialistes se battaient.
Ils mobilisaient constamment leurs partisans pendant des réunions de masse.
Entre temps la dévaluation était arrivée à son point culminant, la situation économique était chaotique, le mark était devenu la devise la plus faible du monde.
Mais le gouvernement n'y pouvait rien.
La conséquence de tout cela entraina la constitution d'un gouvernement Stresemann, ce chancelier était un politicien national-libéral, mais lui non plus ne pouvait changer la situation désastreuse de l'Allemagne.
Le Reich menaçait de s'écrouler.
Les séparatistes sentaient leur chance d'obtenir l'indépendance de la Bavière et son autonomie.
Il fallait l'empêcher, et sur ce point Hitler était du même avis que le gouvernement.
Seule une Allemagne unie pourrait retrouver son pouvoir et sa force.
Alors Hitler luttait aussi contre les séparatistes lors de manifestations.

img730

5. Le Coup D'Etat Du 9 Novembre 1923.

Le 8 novembre 1923 le commissaire en chef von Kahr avait convoqué une réunion dont le sujet était l'organisation économique et l'unité du peuple allemand.
L'Atmosphère était assez calme, et alors personne ne se doutait du fait que Hitler et ses intimes (Hauptmann, Göring, Général Ludendorff, Colonel Kriebel, Scheubner, Richter,Ulrich Graf, le gradué de Harvard Hanfstaengl, le fonctionnaire du parti Max Amann et l'étudiant de géopolitique Rudolf Hess) avaient envisagé un coup d'état.
Le "Bund Oberland" et la SA s'étaient déjà formés et, après être entrés en ville, avaient occupé les points névralgiques de la ville.
Le "Bürgerbaukeller" était entouré de même.
Hitler entra dans salle, tira un coup de révolver vers le plafond pour attirer l'attention générale et cria :
"La révolution nationale vient d'éclater !"
Le triumvirat (Commissaire en chef von Kahr, Géneral von Lussow et Colonel Ritter von Seisser, le chef de la police bavaroise) rencontrèrent Hitler, Hess et Ludendorff dans une pièce à côté et donnèrent leur approbation à ce coup d'état.
Hitler réapparut à la tribune et proclama la nouvelle liste des ministres de la révolution nationale.
Des nouvelles de difficultés en ville le faisaient quitter la salle en laissant von Kahr, Lossow et Seisser sous la responsabilité du Général Ludendorff.
Quand Hitler revint, Ludendorff avait mis ces messieurs en liberté sur leur parole d'honneur.
Une heure plus tard le triumvirat retira l'approbation et dissout le NSDAP.
La révolution était trahie.
Von Kahr faisait mobiliser contre Hitler et ses adhérents.
Le 9 novembre une démonstration se formait et alors commença ce qu'on allait appeler "La marche vers la Feldherrnhalle".
Mené par les organisateurs du coup d'état une colonne se mettait en marche en direction de la Feldhermhalle.
La gendarmerie était déjà sur place, et un coup de fusil, probablement tiré par hasard, provoquait l'ordre d'ouvrir le feu de la part du lieutenant de police Von Godin.
Les émeutiers répondaient par des coups de fusil, eux aussi. Bientôt la place fut couverte de morts et de blessés. Hitler et Göring étaient blessés, Scheubner-Richter était mort.
Göring réussit à s'enfuir en Haute Autriche tandis que Hitler, Ludendorff,. Kriebel, Pernet, Dr. Weber, Frick, Pöhner, Brückner, Wagner et Dietrich Eckart étaient arrêtés.

img731

6. Le procès et le verdict d'Hitler.

Le 26 Février 1924 fut le premier jour du procès à la cour de Munich.
L'accusation contre Hitler et ses adhérents est la haute trahison.
Les accusés entrèrent dans la salle d'audience.
Hitler, portant la Croix de fer était décidé à lutter avec fermeté et agressivité.
Dès le premier jour du procès, il fut évident qu'Hitler jouerait le rôle dominant du procès.
A peine avait-il prononcé les premières phrases qu'on savait qu'il ne se sentait pas l'accusé, mais l'accusateur.
Il prit la responsabilité de tout ce qui s'était passé, mais il récusait vivement l'accusation de haute trahison en donnant la raison suivante : on ne pouvait pas accuser de haute trahison quelqu'un qui s'était chargé de rendre à l'Allemagne sa place dans le monde et de lui redonner son honneur, après le temps du déshonneur.
Ces phrases, prononcées avec beaucoup d'astuce, ne tardaient pas à faire effet.
Les accusateurs et le président se laissaient convaincre par ses discours excellents et le verdict s'en ressentit.
Le verdict fut proclamé le 31 mars 1924.
Hitler, Weber, Pöhner, Kriebel - CINQ ANS d'arrêt de forteresse avec sursis après six mois.
Wagner, Frick, Brückner UN AN et six mois.
Ludendorff déclaré non-coupable.
Les condamnés furent emprisonnés dans la forteresse Landsberg.
La cellule d'Hitler (Nr. 7) se trouvait au premier étage, la cellule à côté, Nr. 8, était celle de Kriebel, Weber, le chef du Bund Oberland, se trouvait dans la cellule Nr. 9.
Les autres prisonniers se trouvaient au rez-de-chaussée pour éviter tout contact avec les camarades.
Hitler se décida à écrire un livre, "Mein Kampf" dont les recettes lui permirent d'acheter plus tard la maison "Wachenfeld" sur l'Obersalzberg.
Le 20 décembre 1924 Hitler fut relâché avant l'expiration de la peine.

Posté par Puystory à 00:10 - Le parti - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Le Parti !

Nouveau commentaire